Gilets Jaunes - Appel à une solidarité internationale

Exprimer une solidarité en acte avec les condamnés et les prisonniers

Un appel à diffuser

« Un appel à diffuser où bon vous semblera !
Pour les inculpés de la région toulousaine hésitez pas à nous contacter.
Et pour les autres caisses et comité antirep également, qu’on s’organise collectivement. »
—La CAJ

Appel à une solidarité internationale

Depuis le 17 novembre dernier, un mouvement social inédit a pris forme un peu partout en France. Nous autres, participants dits « Gilets Jaunes », occupons, bloquons, prenons la rue, attaquons les forces répressives, sabotons, discutons et rêvons de meilleurs lendemains ! Ce mouvement se caractérise pour beaucoup par l’action de ses participants.

Ce retour en force de la pratique de l’action directe est évidemment craint par le pouvoir qui préfère que les exploités de ce monde restent dociles tout en participant aux diverses farces électorales. Parce que nous nous sommes organisés à la base, en refusant d’avoir des représentants, nous avons empêché le pouvoir d’avoir les relais habituels pour affaiblir la lutte.

L’État ne peut plus compter que sur sa police pour nous faire rentrer chez nous.
Et il l’utilise comme jamais…

Nous vivons depuis plusieurs décennies une explosion des politiques sécuritaires à l’échelle planétaire. Ces dernières servent la classe capitaliste qui se protège comme dans un ultime instinct de survie, et en cela, lutter inclut des pratiques et des moyens pour s’en défendre.

Nous devons faire face à de nouvelles armes pour la police, de nouvelles lois créant de nouveaux délits, de nouvelles prisons. L’arsenal répressif est en constante augmentation ici et l’application répétée ces dernières années de l’État d’Urgence a fini de donner carte blanche à la police et la justice.

Les niveaux de répression atteints depuis quelques semaines sont affolants et visent clairement à instaurer la peur de lutter en nous mutilant et en nous enfermant. Il est impossible de faire un décompte précis car nous ne pouvons recueillir toutes les informations pour le moment.

Nous pouvons néanmoins affirmer qu’il y a déjà eu : des milliers d’arrestations dont certaines donneront lieux à des procès plus tard, des centaines de condamnations et plusieurs dizaines de personnes envoyées en prison. De nombreuses enquêtes ont également été ouvertes concernant notamment des pillages et des incendies.

Nous comptons aussi déjà une personne tuée percutée par une grenade lacrymogène, plusieurs personnes dans le coma suite à des tirs de flashball à la tête, 4 personnes qui ont eu la main arrachée (par des grenades GLI F4 contenant du TNT), 12 personnes éborgnées, dont une ayant perdu définitivement l’audition et plus d’une centaine de mutilés divers (fractures, visages en miettes, joues arrachées etc.).

La grande majorité des personnes condamnées sont des ouvriers, avec ou sans travail, et le plus souvent sans argent et isolées. Pour nous autres révolutionnaires il est extrêmement important d’exprimer une solidarité en acte avec les condamnés et les prisonniers, d’exiger leurs libérations. Des outils existent dans plusieurs villes pour exprimer cette solidarité (collectifs anti-répression, caisses pour les prisonniers…) et le mouvement revendique une amnistie générale…

Néanmoins, vu l’ampleur de la situation nous risquons d’être débordés en terme de moyens.

C’est pour cela que nous lançons cet appel aux camarades révolutionnaires du monde entier, pour vous dire que tout soutien (financier, pratique, politique…) est le bienvenu car il permet de faire vivre des positions contre le nationalisme dans le mouvement en cours, ce qui est primordial quel que soit notre côté de ces frontières à combattre.

Des révolutionnaires de quelques villes de France

Pour nous contacter : solidarity2019@riseup.net

Nous nous chargerons de diffuser les actions et autres événements de solidarité ainsi que l’argent qui sera récolté.

__

Pour un aperçu de la violence de la police (mis à jour) :

Recensement provisoire des blessés des manifestations du mois de novembre-décembre 2018

Violences policières - attaquer l’Etat en justice

Mutilé par la police, j’invite les blessés à attaquer l’Etat en justice (Pierre, gravement blessé par la police le 27 novembre 2007, à Nantes, desarmons.net, 5 janvier 2019)

« Des mains déchiquetées par l’explosion de grenades. Des yeux arrachés par des balles en caoutchouc. Une dame tuée par un tir de lacrymogène. Des manifestants défigurés et des centaines de blessés. Ces images terrifiantes sont devenues courantes ces dernières semaines. Le gouvernement mène une guerre contre sa propre population. Le bilan qui s’alourdit de jour en jour, est d’autant plus effrayant qu’il résonne avec mon histoire personnelle. Ces mutilations rouvrent à chaque fois de vieilles séquelles.
En novembre 2007, je perds l’usage de mon œil droit. Je suis touché par une balle en caoutchouc en plein visage, lors d’une manifestation à Nantes. A l’époque, la police expérimente le LBD 40.
(...) »
Pierre


Le CAJ

« La police, la justice et la prison sont les outils de la classe dominante pour maintenir l’ordre social capitaliste et écraser tout mouvement de contestation. »

L’objectif du CAJ est d’organiser la solidarité et l’entraide entre les personnes qui subissent cette répression.
Pour mieux se défendre ensemble !
Pour ne plus être seul.e face à la répression.
Pour apporter une aide financière, une réflexion collective, des contacts d’avocats.
Pour approfondir et diffuser nos connaissances de ce milieu hostile qu’est la justice afin d’être davantage préparé.e.s à l’affronter.
Pour sortir de l’angoisse générée par le flic, le juge, le maton…
Que fait le CAJ ?
Des ateliers d’auto-défense juridique pour comprendre ce que sont la justice et la police et comment elles fonctionnent.
Des permanences.
Le CAJ diffuse de l’information.
Le CAJ alimente une caisse de solidarité permanente pour faire face aux frais financiers occasionnés par la répression.

« Le CAJ ne croit pas en la Justice de son pays.
Face à la Police et à la Justice, l’autodéfense collective est une nécessité. »

Si tu penses que le CAJ 31 peut t’aider, envoie un mail : caj31@riseup.net
Pour alimenter la caisse, envoyez vos chèques à l’ordre de « CAJ » au
CAJ c/o Canal Sud 14 rue Alfred Dumeril 31400 Toulouse.

Illustration : « Recensement provisoire des blessés des manifestations du mois de novembre-décembre 2018 », Desarmons-les !, « Mutilé par la police, j’invite les blessés à attaquer l’Etat en justice », Pierre, Desarmons-les !
Liens dans le texte de l’appel ajouté par Ad Nauseam

Mis en ligne par Ad Nauseam
 10/01/2019
 https://mediarezo.net/gilets-jaunes-appel-a-une

 En images

Voir aussi

9 officiers supérieurs français portent plainte contre La Nuit rwandaise
Sur les responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi au Rwanda

9 officiers supérieurs français portent plainte contre La Nuit rwandaise
Le Comité pour la vérité et la justice sur les responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi au Rwanda lance ce 10 septembre un appel, que vous pouvez lire ci-dessous, alors que 9 officiers supérieurs français portent plainte contre la revue La Nuit rwandaise. Nous, personnes et associations souhaitant que soit faite toute la lumière sur les responsabilités françaises dans le génocide (...)

Procès du Jura Librtaire pour insulte à l’autorité de l’État - 14/11/2014
14 novembre à 13 h / 17e chambre correctionnelle de Paris

Procès du Jura Librtaire pour insulte à l'autorité de l'État - 14/11/2014
Vendredi 14 novembre 2014 à 13 heures se tiendra devant la 17e chambre correctionnelle de Paris le procès du Jura Libertaire, poursuivi suite à une plainte pour « injure et diffamation publiques envers la Police nationale », déposée en juillet 2010 par le ministre de l’Intérieur d’alors. L’article poursuivi : La police travaille à Grenoble (Le Jura Libertaire, 18 juillet 2010) Plus de quatre années (...)