Succès de la rencontre anarchiste internationale de St-Imier

Du 8 au 12 août à Saint-Imier, dans le Jura bernois

Mondial de l’anarchisme 2012

Succès de la rencontre anarchiste internationale de St-Imier


Du 8 au 12 août à Saint-Imier, dans le Jura bernois

La Rencontre internationale de l’anarchisme a attiré au moins 3.000 personnes de jeudi à dimanche à Saint-Imier, dans le Jura.

Les participants sont venus des cinq continents et avant tout d’Europe, a expliqué à Sipa Michel Némitz, l’un des organisateurs de la manifestation, responsable de la coopérative Espace Noir.

"Pour la plupart vêtus de noir ou en treillis militaire, les libertaires du monde entier affluent par milliers cette semaine à Saint-Imier, petite ville horlogère du Jura suisse et lieu historique de l’anarchisme, pour partager leurs expériences et refaire le monde", précise l’AFP (repris par Le Point), qui semble porter une attention particulière au "look" des participants : "la soixantaine bien sonnée et parfois dotés d’une longue barbe blanche, les vétérans de l’anarchisme se mêlent volontiers aux rassemblements des plus jeunes au look crânes rasés et piercing."

Des libertaires de tous les continents

Des libertaires du monde entier s’étaient donné rendez-vous à Saint-Imier - localité qui fait figure de berceau de l’anarchisme - pour partager leurs expériences et débattre.

Ainsi, parallèlement aux nombreux débats et rencontres, a lieu cette semaine le Congrès de l’Internationale des Fédérations Anarchistes (IFA), qui se tient environ tous les quatre ans :

"L’IFA fut créée au congrès international de Carrare (Italie) en 1968. Composée jusqu’à présent de neuf délégations (française, ibérique (Espagne + Portugal), italienne, britannique, celle de langue allemande (Allemagne + Suisse), tchèque, argentine, bulgare et biélorusse), l’IFA a accepté jeudi l’entrée d’une dixième délégation : la Slovène.

Des contacts sont par ailleurs en cours pour que le Mexique fasse aussi prochainement son entrée à l’IFA, explique Pascual Gonzalez, représentant de la délégation ibérique. D’autres pays tentent aussi de rejoindre le mouvement mais avec plus de difficultés, comme le Venezuela."

- Le Point (via AFP)

"C’est un peu le Davos des anars", titre Le Parisien, qui note que "près d’un siècle et demi après leur naissance, les anars sont toujours là".

"L’événement aura été riche tant en termes de convivialité que par ses aspects culturels et politiques, selon Michel Némitz. "L’entente a été assez extraordinaire entre les gens du coin et les anarchistes". Certains habitants de la région ont eu l’occasion de changer leur opinion sur ce que sont les anarchistes, que se sont révélés des personnes sympathiques et cultivées", nous apprend Romandie.com.

Tels de simples touristes, munis d’un plan de la commune à la main, les anarchistes tentent de trouver leur chemin pour assister aux colloques, débats et autres expositions organisés lors de ces rencontres sur de multiples thèmes, dont celui des femmes, du Printemps arabe, de la décroissance ou encore de la guerre civile espagnole.

Bilan positif pour les Rencontres internationales de l’anarchisme

Les organisateurs des Rencontres internationales de l’anarchisme à St-Imier (BE) ont fait part de leur grande satisfaction à l’heure de dresser un bilan de la manifestation, ce dimanche. Quelque 3000 libertaires de différents horizons ont assisté à des conférences, des débats et des concerts.

Les tables rondes

• Table ronde sur « Anarchisme et innovation politique » : capacités de l’anarchisme contemporain à innover et à affronter des situations politiques plus complexes que celles de sa première période historique face au fascisme, aux régimes autoritaires ; face aux défis environnementaux, écologiques ; face aux mutations économiques et sociales (accent mis sur l’apport de Malatesta, Fabbri, Berneri, Abad de Santillan, Daniel Guérin).

• Table ronde sur « Nouveaux territoires de l’anarchisme, implantation ou réimplantation de l’anarchisme en Afrique, en Asie et en Amérique Latine ».

• Table ronde sur « Faire l’anarchisme aujourd’hui », sur les pratiques et interventions militantes intéressantes ou exemplaires, notamment en Europe et dans les pays anglo-saxons.

• Table ronde sur « Les alternatives anarchistes en actes » et comment articuler les expériences alternatives au projet et luttes révolutionnaires.

• Table ronde sur « La crise de la dette, les politiques d’austérité et les résistances sociales et populaires ».

"Nous avons prouvé que l’anarchisme est une force politique cohérente, vivante et tournée vers l’avenir", a déclaré dimanche Arthur Auderset, membre du comité d’organisation.

Lors du meeting final de clôture (ce dimanche) était prévue l’adoption d’une résolution politique commune :

Mais "étant donné la forme éclatée du mouvement anarchiste, aucune résolution commune n’a été adoptée à l’issue de la rencontre", signale le site d’information Rjb.ch.

Voir aussi

La lutte dans les centres de rétention continue… et s'amplifie

Depuis mardi, près de 70 détenus du CRA de Mesnil-Amelot sont en grève de la faim. Réunion - En soutien aux retenus en grève de (...)

L’appel des Libertaires contre l’islamophobie
Contre les racismes et les discriminations

L'appel des Libertaires contre l'islamophobie
  Anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes, artistes, organisés ou non-organisés, nous faisons part de notre condamnation totale de l’islamophobie sous toutes ses formes. Nous affirmons que l’islamophobie est une forme de racisme. Nous avons le désagréable pressentiment, au regard de l’actualité, que l’islamophobie, comme un racisme respectable et vertueux, devient l’un (...)