Soutenir CQFD !

CQFD, dix ans, toutes ses dents mais plus un rond !

"CQFD risque bien cette fois de devoir la fermer, et pour de bon..."

Soutenir CQFD !


CQFD, dix ans, toutes ses dents mais plus un rond !

"(...) pour que l’aventure continue, on a besoin de vous.

Et surtout de vos euros !

Oui, amis lecteurs fidèles ou épisodiques, compagnons d’escale ou camarades au long cours, vous avez bien entendu : le sort de CQFD est suspendu à vos poches, aussi dégarnies ou trouées soient-elles – et, peuchère, elles le sont vraisemblablement autant que les nôtres…"

 L’Appel de CQFD

"En mai 2003, quand nous avons lancé notre premier numéro depuis la tanière marseillaise qui nous sert de vaisseau amiral, nous étions raisonnablement convaincus de ne pas faire de vieux os. Notre idée, c’était de faire le journal qu’on avait envie de lire, un journal sans chefs ni patrons, sans comptes à rendre ni bailleurs à cajoler, un canard d’expression directe pour les insoumis chroniques, les passe-frontières têtus, les aventuriers des minima sociaux, les déserteurs du marché salarial, les artistes de la grève, les bricoleurs de solidarités épiques, les réfractaires à l’ordre des choses.

Une équipée collective de débrouillards impécunieux mais gourmands d’utopies, une exploration sociale menée au rire et à la sueur contre les vents dominants. Forcément, un tel journal n’était pas fait pour durer.

Dix ans plus tard, pourtant, on est toujours là. Certains ont quitté le navire, d’autres sont montés à bord. On a bravé le mal de mer, le scorbut et les requins. On a tangué, on a morflé, on a tenu bon. On a vu du pays, tissé des réseaux, élaboré un savoir-faire, perfectionné l’art de produire un journal exigeant avec des bouts de ficelle et de belles rencontres.

Bref, on y a pris goût. C’est vous dire qu’on n’a pas l’intention de lâcher l’affaire."

 Crise de la press(talis) ?

"(...) la stratégie d’étouffement appliquée aux titres à faible tirage rend de moins en moins attractif le détour par le marchand de journaux. Le cas de CQFD est parlant. En vertu d’une politique commerciale consistant à évincer les petits pour donner encore plus de place aux gros, Presstalis « répercute » sur nous une avalanche de frais dont les modes de calcul écœureraient un capo de la mafia new-yorkaise. Il y a deux ans, nos ventes en kiosques nous assuraient une recette astronomique de deux milles euros par mois, de quoi couvrir les frais d’impression du numéro suivant.

Aujourd’hui, à volume égal, ces ventes ne nous rapportent plus que six cents euros. Même pour nous, c’est peu. Quand tous les canards indépendants auront été virés du circuit, quand les kiosques auront été remplacés par des boutiques Relay exclusivement dédiées aux programmes télé, aux DVD sous blister, aux cours de la Bourse, au péril islamique, aux régimes minceur et aux éditos de Christophe Barbier, sûr que la presse française aura fait un grand pas vers la « sortie de crise »."

Pour soutenir CQFD

Envoyer vos chèques à l’ordre de Rire/CQFD à

CQFD

BP 70054- 13192 - Marseille cedex 20

Boutique CQFD, abonnements, paiement en ligne, ...

Mis en ligne par Safari
 15/02/2013
 https://mediarezo.net/soutenir-cqfd

Voir aussi

Libération sexuelle ?
Éducation sexualisée vs éducation sexuelle

Libération sexuelle ?
  Notre vie quotidienne est saturée de représentations de la sexualité, au travers de la publicité, des magazines, du cinéma, de la télévision, etc. Le capitalisme en a fait un véritable argument de vente, du yaourt à la voiture dernier cri, et l’industrie du sexe est plus que florissante. Un nombre toujours plus grand d’auteur-e-s et de journalistes vantent les libertés acquises suite à la (...)
L'affaire Merah : Qu'est-ce que le terrorisme ?
  Qu’est-ce que le terrorisme ? Technique inventée et mise en œuvre par les secte de ceux qu’on appellera les Assassins, au XIIème siècle en Iran, elle est réapparue en Europe à la fin du XIXème, essentiellement en Russie, dans le mouvement anti-tsariste, et en France, chez les anarchistes... Une façon de renforcer encore "les lois scélérates"... L’affaire Merah Que s’est-il passé à Toulouse ? (...)