La lutte continue dans les centre de rétentions : communiqués

"des conditions de vie inhumaines"

Depuis le 3 janvier ça bouge dans les centre de rétentions en Île-de-France !
Ce week-end la grève de la faim a repris au 2A au centre de rétention de Vincennes.
En PDF en bas de page, quelques affiches à coller partout et l’émission radio L’Envolée du 25 janvier 2019.

« Les prisonniers en lutte ont écrit ensemble un communiqué à diffuser un maximum !
Dans le même temps des prisonniers du centre de Plaisir ont écrit ensemble un communiqué pour dénoncer ce qu’il se passe là bas ! Pour rappel on s’organise en solidarité a l’extérieur tous les mercredi à 18h a l’Echarde au 19 rue Garibaldi, à Montreuil (L9,M. Robespierre) ! A bas les cra ! »
Paris Lutte

 Communiqué des prisonniers en lutte du CRA de Mesnil 2

Ici à Mesnil Amelot 2, nous les retenus nous plaignons des problèmes suivants :

1. Le tribunal et les avocats

Ici il y a l’annexe du TGI de Meaux. Le centre de rétention a un tribunal à l’intérieur, c’est tellement facile comme ça ! Dès que tu es resté un jour ici, tu es sûr que tu vas rester pour au moins 28 jours. Quand on te ramène au tribunal le premier jour, la juge des libertés et des détentions n’écoute personne, donne à tout le monde 28 jours de rétention. Elle regarde même pas que tu as une carte de séjour en cours de validité d’un pays d’Europe, le but c’est de te renvoyer au pays. L’avocat d’office, dans une journée il aura dix cas, il ne sert à rien. Parfois on te donne à signer des papiers, tu comprends même pas ce que c’est, et ils ne donnent pas à tout le monde les interprètes dont ils auraient besoin. De toute façon, l’avocat d’office, le juge, les flics ils sont tous pareils, ils manigancent tout à l’intérieur juste pour que tu restes enfermé et que tu sois déporté après.

Les retenus qui ont la possibilité de payer un bon avocat sont vite libérés, parce que si tu as un vrai avocat il va signaler un vice de procédure. Dans quasiment tout les cas il y a des vices de procédure, ils respectent pas leurs propres règlements. Si on regarde chaque détenu, au cas par cas, la procédure n’est jamais vraiment respectée. Souvent l’administration fait des magouilles avec les papiers, change les dates et les déclarations comme ça les arrange. Mais la plupart des détenus n’ont pas du tout les moyens d’avoir un avocat, alors ils vont rester enfermés ici à attendre l’expulsion. Ce n’est pas du tout les détails de ta situation qui comptent après tout, c’est juste l’argent qui fait la différence.

En plus, les retenus qui sont là, quand ils ont rendez-vous au tribunal à 8h ils peuvent rester là-bas jusqu’à 22h, juste à attendre une décision pour être libérés ou faire 28 jours ici – et la plupart du temps c’est 28 jours. La nourriture qu’on te donne là c’est juste 2 petits pains, un yaourt, une petite bouteille d’eau, une petite salade, et aussi dégueulasse qu’en CRA.

Aussi, il arrive tout le temps que l’audience au tribunal et le vol soit programmés le même jour, alors parfois on pense aller voir le juge et en fait on est ramené à l’aéroport !

2. Les papiers d’autres pays européens et les visas ne sont pas pris en compte.

Il y a tout le temps des gens qui ont des titres de séjours européens qu’on veut pas prendre en compte. Juste ces derniers jours, des personnes qui ont montré de titres italiens ou hongrois, on a quand même essayé de les renvoyer direct dans leur pays d’origine, alors que selon la loi ils devraient pouvoir rester en Europe. Soit on calcule pas ces titres de séjour, soit parfois les flics te les prennent et on te les rend plus jamais.

Aussi, il y a des gens qui arrivent à l’aéroport avec un visa français, pourtant ils sont mis en ZAPI [1] et après envoyé en CRA. Alors, ça veut dire quoi ? Que la France ne reconnaît pas les papiers délivrés par ses propres représentants à l’étranger ? Qu’elle révoque ses ambassadeurs dans ce cas-là !

Les gens qui arrivent avec un visa et veulent faire une demande d’asile, on leur donne pas le droit de le faire en liberté. Et en plus ici, quand on fait la demande d’asile en CRA on devrait avoir cinq jours pour pouvoir compléter son dossier et apporter les éléments. Mais maintenant on ne respecte plus du tout ça, on déporte des gens qui viennent tout juste de faire leur demande.

Et quand tu veux voir la Cimade, c’est juste une heure par jour et ils font rentrer deux ou trois personnes, pas plus, c’est pas assez vu les situations compliquées de chacun !

3. Les intimidations et les provocations

Les flics nous provoquent tout le temps, ils cherchent tous les prétextes pour nous faire réagir, pour ensuite invoquer n’importe quel règlement et nous sanctionner. Les règles changent tout le temps, et à l’intérieur et pour les parloirs, rien n’est clair, c’est fait exprès pour que tu pètes les plombs. Tu leur dis bonjour, ils t’appellent « madame » alors que t’es un homme, juste pour t’énerver. Ils font des fouilles pour nous intimider, et nous obligent à rester dehors dans le froid. Aujourd’hui, sous prétexte de nettoyage, on nous a fait sortir de nos chambres dehors, sous la neige, pendant presque une heure. Et on n’a même pas vraiment nettoyé – tes draps ne sont jamais changés pendant tout le temps que tu passes en CRA !

C’est les mêmes personnes qui nous donnent à manger et qui nettoient, alors que normalement c’est des entreprises différentes. Nous on pense qu’il y a anguille sous roche, parce que ces gens aussi cherchent à nous provoquer et balancent tout aux flics. Il y a quelques jours, pendant la grève de la faim, on a fouillé dans les cellules et on a confisqué tous les petits bouts de pain que certains cachaient (ils en avaient besoin pour prendre certains médicaments), pour les obliger de prendre le repas à la cantine.

Pourquoi ils interdisent les smartphones ? La seule raison c’est la peur de la vérité ! Les flics ont peur que, si on filme, tout le monde va savoir ce qui se passe à l’intérieur. Les smartphones c’est notre seul moyen de nous défendre contre les abus et les provocations, ils veulent pas nous laisser cette défense !

4. Il y a plus de gens que des places

On arrête pas de ramener de nouvelles personnes, alors il n’y a même plus assez de nourriture. Les retenus ne mangent pas tous le même repas. La nourriture pour un repas n’est pas suffisante, alors les derniers qui arrivent reçoivent de la nourriture moins bonne. Le CRA reçoit toujours la même quantité de nourriture, mais à l’intérieur il y a plus de gens que le nombre maximum de places.

A ce moment même, ils sont en train de chercher des matelas pour les nouveaux parce qu’il y en a plus assez. Déjà depuis un moment il n’y a plus assez de lits, des gens dorment par terre sur un matelas, sans même un oreiller. Maintenant même les matelas vont manquer.

5. Les conditions de vie inhumaines

La bouffe qu’on nous donne ici est dégueulasse, et même si tu veux en acheter aux machines, elles sont cassées depuis longtemps et on les répare jamais. Et maintenant, souvent, on n’autorise plus les colis de nourriture et boisson qu’on nous apporte de l’extérieur.

On n’a rien à faire toute la journée, ils nous laissent même pas le droit d’avoir un ballon pour jouer au foot dans la cour ; ils nous ont donné des balles en mousse pour bébé, on nous respecte vraiment pas ! Les télés sont cassées, pareil on les répare pas.

Il fait tout le temps très froid, surtout chez les femmes, alors qu’il y a souvent des femmes enceintes en CRA. C’est inhumain de leur faire subir ça ! Et les couvertures, en plus d’être sales, ne sont pas suffisantes pour l’hiver.

6. L’acharnement des autorités

Ici, tous les gens sont différents mais les autorités s’en fichent de leur histoire et ne cherchent pas à comprendre les problèmes ou la vie de chacun. La seule chose qu’on a en commun, pourquoi on est mis là, c’est qu’on veut se débarrasser de nous et nous déporter. Au lieu d’essayer d’aider chaque personne dans sa situation, on essaie de nous bloquer pour qu’on sorte plus jamais avant qu’on soit déportés. Déjà c’est inacceptable que beaucoup d’entre nous enchaînent les séjours en CRA, ou le CRA direct après la prison. Parfois tu as fait tes 45 jours de CRA et on a pas réussi à te déporter, alors on invente quelque chose pour te mettre en garde à vue et te renvoyer à nouveau en CRA après. Même il y a des fois où ça leur sert à rien, ton consul ne veut pas donner le laisser passer, mais eux ils veulent te garder enfermé quand même ! Pour ceux qui sortent de prison, ils ont déjà payé pour ce qu’ils ont fait, alors pourquoi les enfermer à nouveau ? Et en plus, parfois tu penses sortir de la prison et ils te ramènent au CRA sans même te prévenir à l’avance, alors que tu croyais être libre !

Nous voulons que les gens sachent que ce qui se passe ici ce n’est pas juste notre problème, c’est un problème de toute la société. Il faut comprendre que si aujourd’hui en France on accepte que des personnes soit traitées comme ça, c’est toute la société qui devrait être transformée !

Des prisonniers en lutte du centre de rétention de Mesnil 2
Le 25/01/2019

 Communiqué des retenus du CRA2 de Vincennes

A l’attention de M. Macron, du préfet de police de Paris, à nos dirigeants africains, aux associations d’aides et aux âmes sensibles.

Depuis plusieurs semaines nous sommes détenus illégalement dans un centre de détention nommé Vincennes 2.

Nous sommes pour la plupart des pères de familles, des travailleurs, des personnes venues rejoindre la famille. En effet sur le coup d’un simple contrôle de titre de séjours, nous sommes détenus ici au centre comme des criminels, des voleurs. Personne ne devrait être au centre de rétentions.

Qui est en règle dans le monde ? Evidemment que nous cherchons tous a régulariser notre situation mais dans l’attente nous sommes arrêtés.Le constat est que nombreux sont les couples que vous avez divisez, les femilles que vous séparez,des pères de familles qui se voient éloignés de leurs enfants, des projets de mariages qui tombent à l’ea.
A quelles questions répondent toutes ces interpellations et toutes ces détentions ? On ne saurait répondre.

Depuis le 27 janvier 2019 nous avons entamé une grève de la faim afin de revendiquer nos droits.

Nous demandons juste notre liberté et une facilité d’insertion dans la société.
Nous sommes des êtres humains, nous sommes le monde.

Les retenus du CRA2 en grève de la faim.

 Communiqué des retenus de Plaisir

Au CRA de Plaisir, « ça commence aussi à bouger » rapporte Paris Lutte : « à peine le communiqué écrit et les premières tentatives de résister ensemble que les premiers transferts (au moins un vers le Mesnil Amelot2) ont eu lieu ».

Ici nous on vit mal. Même la nourriture n’est pas bonne. Ils profitent de leur force de policiers, ils nous traitent mal. Ici il y a des gens qui sont malades, ils n’ont rien fait pour eux, ils n’ont même pas appelé le psy ou le psychiatre alors qu’ils ne dorment pas la nuit. Pour certains c’est leur première prison ici, y’en a qui se sont fait arrêter sur un contrôle d’identité, d’autres parce qu’ils sortent de prison. Ils ont rien fait ici pour nous, ils nous ont maltraité. C’est très sale, le nettoyage il est pas bien fait.

On sait pas.

On est dans la merde, ils nous traitent mal, déjà, pourquoi on est là ? Parce qu’on a pas de papiers ? Y’en a, c’est la première fois qu’ils attrapent . Y’a ceux pour qui on déclare les heures de vol, y’a ceux qu’on vient chercher à 4h du matin. Y’en a un, ils l’ont pris à l’aéroport, ils l’on scotché direct, maintenant il est tombé malade. Ils l’ont amené à l’hopital hier, et après, mitard. Y’a deux jours, il a vomi partout, même pas ils nettoient, y’a encore le vomi deux jours après. Franchement si tout ça c’est pas du racisme, on, sait pas ce que c’est . En fait si, c’est du racisme.

Les gens d’ici, ils les prennent pour des cons, ici c’est pas un centre, c’est une garde à vue, on est dans un grand poste de police, et à l’interieur, y’a le centre. La vie ici c’est comme une GAV classique, il y a tellement de trucs qui se passent à l’interieur, il faut vraiment que notre voix elle sorte, en même temps, y’a rien de special, c’est toujours la merde. Ils te punissent avec la bouffe, ils te punissent avec la torture mentale, ils te punissent avec leur hypocrisie. Ils font genre ils sont humains, mais ils sont contents que ça se passe. Ca ne peut que s’empirer, ça ne peut pas aller mieux. Le petit dejeuner ici, c’est de 7h à 7h30, à 7h31, y a plus de petit dejeuner. On dirait que c’est une grève de la faim forcée. Les gens ils attendent la gamelle toute la journée.

Y’a un gars, le 27/01 c’était son 45e jours, à 15h15, il était libre, mais à 11h15, ils l’ont deporté. Le copain dont on parle, l’interphone l’a convoqué à l’infirmerie, là y’a trois personnes qui l’attendaient, ils lui ont mis trois ceintures, une pour les mains, une pour les pieds, une autre autour de la taille. Ils l’ont tapé dans la voiture et ils lui ont dit « sale arabe, rentre chez toi ». ici y en a ils ont fait plus de 24 mois de prison et ils les ont ramené ici. C’est leurs politiques de batards.

Même on s’est embrouillé avec eux aujourd’hui parce que la promenade elle est trop sale. Faudrait au moins laver une fois par semaine. C’est grave. On leurs a dit même une fois par mois. Ils ont dit non ils ont rigolé. Ils nous parlent de façon minable.

Comme on dit, la police elle est partout, la justice elle est nullepart. Force à tous les potos de vincennes et d’ailleurs, tout ça va pas durer !

Des prisonniers du centre de rétention de Plaisir, en ile de France

Solidarité avec tou.te.s les enfermé.e.s !

Rendez vous tous les mercredi a 18h
à l’écharde, au 19 rue Garibaldi
métro Robespierre (ligne 9)

Pour s’organiser a l’extérieur : anticra@riseup.net


Info « rétention »

Les derniers articles « rétention » sur les sites référencés :

La lutte continue dans les centre de rétentions : communiqués de Plaisir et de Vincennes ! (29/01/2019)
Ce week-end la grève de la faim a repris au 2A au centre de rétention de Vincennes. Les prisonniers en lutte ont écrit ensemble un communiqué à diffuser un maximum ! Dans le même temps des prisonniers (...)
Mutu Medialibres
__
La lutte continue dans les centre de rétentions : communiqués de Plaisir et de Vincennes ! (29/01/2019)
Ce week-end la grève de la faim a repris au 2A au centre de rétention de Vincennes. Les prisonniers en lutte ont écrit ensemble un communiqué à diffuser un maximum ! Dans le même temps des prisonniers (...)
Paris Luttes
__
Esther Benbassa au centre de rétention du Mesnil-Amelot : « On m’a parlé de puces de lit et même de gale » (29/01/2019)
La sénatrice écologiste de Paris a rendu lundi une visite surprise au centre de Seine-et-Marne, en région parisienne, où une grève de la faim avait été lancée début janvier par des personnes qui y sont (...)
Libération
__
La grève de la faim reprends au 2A au centre de rétention de Vincennes ! (28/01/2019)
Depuis le 3 janvier ça bouge dans les centre de rétentions en Ile de France ! (Voir tous les communiqués dans la partie Luttes en cours et passées) Hier c’est repartit en grève de la faim a Vincennes. (...)
A Bas les CRA !
__
Des nouvelles du Plaisir : communiqué de l’intérieur du 27/01/2019 ! (27/01/2019)
La parole continue de sortir des centres de rétentions. On relaye le communiqué de copains enfermés au Plaisir : Ici nous on vit mal. Même la nourriture n’est pas bonne. Ils profitent de leur force de (...)
A Bas les CRA !
__
Nouveau Communiqué du Centre de Rétention de Oissel (27/01/2019)
Le 17 janvier, des prisonniers du centre de rétention de Oissel nous ont contacté pour nous prévenir qu’ils partaient en grève de la faim. Depuis ils sont 13 (sur une trentaine de prisonniers (...)
L’envolée
__

Grèves de la faim en CRA : lettre ouverte aux parlementaires communiqué / OEE (24/01/2019)
Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Vous avez voté l’année dernière la loi « Asile et Immigration » (loi du 10 septembre 2018). Ce texte allonge en particulier la durée maximale d’enfermement en (...)
Gisti

__
Communiqué depuis le Centre de Rétention Administratif de Mesnil Amelot (24/01/2019)
Communiqué du CRA 2 de Mesnil Amelot : La lutte s’étend dans les centre de rétentions ! Alors qu’une grève de la faim a éclaté dans deux batiments a Vincennes depuis quelques jours. Que la répression des (...)
C.L.A.P 33
__
Le Tourniquet – 10 (23/01/2019)
Nous sommes l’équipe « JLD » du groupe local de La Cimade à Marseille. Nous nous rendons régulièrement aux audiences données dans le cadre du centre de rétention administrative. Les audiences y sont (...)
Cimade
__

Violences dans les centres de rétention : lettre ouverte aux parlementaires (23/01/2019)
L’ Observatoire de l’enfermement des étrangers, dont La Cimade est membre, interpelle les parlementaires sur les violences dans les centres de rétention. L’article Violences dans les centres de (...)
Cimade

__
Les grèves de la faim se multiplient dans les Centres de Rétention (21/01/2019)
Le 14 janvier 2019 Entamé le 3 janvier dans le centre de rétention de Vincennes, le mouvement touche désormais une centaine d’étrangers. Tous dénoncent des violences et leurs conditions de vie. « Ce (...)
C.L.A.P 33
__
Les Chemins Du Communisme Libertaire En Espagne 1868-1937 / Deuxième Volume (21/01/2019)
Deuxième Volume : L’anarcho-syndicalisme travaillé par ses prétentions anticapitalistes 1910-1937 Après avoir retracé les moments forts de la rencontre entre une partie des classes populaires (...)
Publico
__
Nouveau communiqué du centre de rétention de Oissel ! (20/01/2019)
Le 17 janvier, des prisonniers du centre de rétention de Oissel nous ont contacté pour nous prévenir qu’ils partaient en grève de la faim. Depuis ils sont 13 (sur une trentaine de prisonniers (...)
A Bas les CRA !
__

A voir :

A Bas les CRA !
Répression - prisons (Paris Lutte)
L’Envolée (Textes + Audio)

Mis en ligne par Ad Nauseam
 30/01/2019
 http://mediarezo.net/la-lutte-continue-dans-les-centre-111

Messages

Voir aussi

Un local pour le CIRA de Marseille : un appel à la solidarité
Un local pour le CIRA de Marseille : un appel à la solidarité

Un local pour le CIRA de Marseille : un appel à la solidarité

Appel à la solidarité de tous, individus et organisations pour permettre au CIRA de mettre définitivement à l’abri les archives du mouvement libertaire. Le Centre international de recherches sur (...)
Implication française dans le génocide des Tutsi : Les Rencontres de La Nuit rwandaise
Implication française dans le génocide des Tutsi : Les Rencontres de La Nuit rwandaise

Implication française dans le génocide des Tutsi : Les Rencontres de La Nuit rwandaise

Dimanche 21 et lundi 22 se tiendront les premières Rencontres de la Nuit rwandaise, dans le cadre de la campagne pour le vingtième anniversaire du génocide des Tutsi, "Rwanda : vingt ans ça suffit (...)
Un site hébergé par Mediarezo | Suwedi 7