Burkina Faso 2011 : Chronique d’un mouvement social

Un livre de Lila Chouli

Tahin Party éditions

Burkina Faso, février 2011.

La mort du collégien Justin Zongo, suite à des brutalités policières, provoque des manifestations populaires dans la ville de Koudougou.

Le mouvement s’étend rapidement...

Dans ce pays gouverné par le même président depuis vingt-quatre ans et livré au néolibéralisme, les raisons de mécontentement sont multiples : violences policières, mais aussi vie chère, conditions de travail inacceptables dans de nombreux domaines, « affaires » diverses, clientélisme et népotisme...

Tout au long du premier semestre 2011, on assiste à des manifestations, des émeutes, des incendies de bâtiments publics, mais aussi au boycott de la production de coton par les paysans, à des grèves de mineurs, de professeurs, et même de magistrats. Et à des mutineries dans l’armée.

Si la révolte au Burkina Faso n’a pas connu la même issue qu’en Tunisie et en Égypte, il y a néanmoins eu des victoires sectorielles. Ce qui s’y est passé et s’y passe encore est peut-être porteur de bouleversements plus profonds.

C’est ce mouvement multiforme que nous raconte Lila Chouli, avec ses enjeux sociaux, syndicaux, internationaux.

: : Le texte intégral (1,5 Mo - format PDF) sur le site des éditions tahin party

L’auteure

Lila Chouli est chercheuse associée à la chaire sud-africaine d’études sur les changements sociaux à l’Université de Johannesburg. Elle a publié plusieurs articles sur le mouvement étudiant burkinabé.

ISBN 978-2-912631-24-4

Prix de vente public : 8 euros

Mis en ligne par Safari
 25/10/2012
 http://mediarezo.net/burkina-faso-2011-chronique-d-un

Voir aussi

Futur primitif
John Zerzan

Futur primitif
Futur primitif, de John Zerzan, traduit de l’anglais par Hsi Hsuan-wou & Julius Van Daal pour L’Insomniaque. –Avant-propos – CRÈVE LA CIVILISATION C’ ÉTAIT UNE CABANE en bois de neuf pieds sur douze, remplie de livres et de matières explosives, meublée d’une couchette et d’une machine à écrire. Elle était perdue au milieu des Rocheuses, non loin des rives abruptes du fleuve Blackfoot. (...)
Anarchie économique
C’est nous-mêmes, petites gens, qui nous persuadons que la réalité marchande et financière du monde prime sur la réalité concrète et naturelle. Il en va ainsi lorsque nous admettons que le déficit en argent d’un hôpital public, ou d’une entreprise privée produisant des choses réellement utiles (c’est-à-dire non encore perverties par la fabrication économique de pseudo besoins), puisse entraîner sa (...)