Toulouse – Rassemblement contre les violences policière (10/04/18)

Toulouse – Rassemblement contre les violences policières le 10 avril 2018

Rassemblement animé en soutien à Mathieu Rigouste et toutes les victimes des violences d’État. Ce jour-là, il est convoqué par la justice pour violence, outrage, rébellion, alors que sa plainte pour s’être fait tabasser par la police dort toujours.

Prises de parole de comités en lutte contre les violences d’état
Présentations des luttes en France et ailleurs
Expo sur les violences & les crimes policiers
Tables de presse et informations
Musique & Open-mike
Cantine à prix libre
Atelier Graff
Prises de parole à la radio (Canal Sud)

 Lu sur Quartiers Libres :

« En 2013, la BAC l’attrape, l’étrangle, lui casse le poignet en le trainant par les menottes et l’embarque. Au comissariat, les flics lui mettent la tête dans des murs et des portes puis le jettent par terre dans le couloir. Il est laissé au sol, tout ça menotté.

Comme d’hab’, les flics portent plainte contre celui qu’ils ont défoncé. Mathieu est accusé de violences sur agents, outrages et rebellions… Le procédé est bien connu, il sert à faire taire toute résistance, à se couvrir de toute accusation de violence « non-légitime » et au passage se faire des thunes.

Ce traitement habituel pour les quartiers et les immigrés est de plus en plus répandu. Dans l’affaire Traoré, Bagui, le principal témoin du meurtre par les gendarmes de son frère Adama, est détenu depuis 1 an et demi sous des chefs d’accusation hors réalité.

Deux autres frères ainsi que des proches sont poursuivis et incarcérés. Dans bien d’autres affaires comme le jeune Medhi à Lyon, Hakim Ajimi, Amine Bentounsi … les victimes de violences policières et leurs soutiens se retrouvent attaquées pour de soi disant outrages, rebellions, violences ou encore diffamations.

Mathieu est chercheur et militant contre les violences policières et le racisme d’Etat : le sujet rêvé pour monter une affaire en épingle et le présenter comme un « agitateur » et un « idéologue anti-flics ».

C’est donc lui qui sera jugé le 10 avril. Il risque 3 à 5 ans alors que les flics sont tranquilles.

Nous appelons donc à nous rassembler devant le tribunal le 10 avril à 14h. Des collectifs en lutte contre les violences d’Etat partout en France viendront dénoncer ce que la police et la « justice » leur font vivre.

Nous voulons en profiter pour nous rencontrer, échanger et construire les résistances.

Une contre-tribune suivie d’un open mic permettront aux comités venus de partout en France et à chacun.e de dénoncer librement ce que la police et la « justice » nous font vivre.

SOLIDARITE AVEC TOUTES NOS SOEURS ET FRERES QUI VIVENT L’INJUSTICE AU QUOTIDIEN

POUR THEO, MARIE-REINE, ADAMA, GAYE, WISSAM, LAMINE, HOCINE, ANGELO ET TOUS LES AUTRES

PAS DE JUSTICE PAS DE PAIX !! »


 La police au service du marché ?

A lire :

La manière dont on se relève (L’Etat m’a tabassé, il continue son travail) (Quartiers Libres, 29/10/2016)

L’état m’a tabassé, il a fait son travail (Panthères Enragées, 26/06/2014) et aussi sur (iaata.info, 6/07/2014)

A voir :

La police au service du marché ? (Thinkerview, 13/02/2018)


Sources :
Quartiers Libres
Le Paria

Illustration : Quartiers Libres


Également :
Samedi 7 avril, 16 heures, au gaztetxe (maison des jeunes) de Bayonne : conférence de Mathieu Rigouste que le thème "la domination policière et le business de la sécurité". (Sud Ouest)

Mis en ligne par Bruno
 5/04/2018
 http://mediarezo.net/toulouse-rassemblement-contre-les-98
Sauf mention contraire, droits de reproduction et diffusion autorisés selon la licence Creative Commons Attribution BY-SA 4.0

LivreLibre.fr propose sur son espace de vente en ligne le catalogue des petits éditeurs distribués et diffusés par Distrilibre.

LivreLibre.fr | DistriLibre.fr


 En savoir plus

  Carte - Geolocalisation

Sur l’agenda

 Toulouse – Rassemblement contre les violences policière

 TGI de Toulouse

 2 Allée Jules Guesde
31000 Toulouse
France

Voir aussi

RENCONTRES-DÉBATS : RÉPRESSION, VIOLENCES POLICIÈRES & PRISONS

 Les violences policières : une exception faites de bavures ou établie par un système néo-colonial ? Depuis une dizaine d’années les luttes sociales/politiques (...)

 vendredi 1er juin 2018 @ Bordeaux

Les violences policières : une exception faites de bavures ou établie par un système néo-colonial ?

Depuis une dizaine d’années les luttes sociales/politiques et écologiques se voient réprimées par la police et par la justice de plus en plus violemment et sévèrement.

Cette découverte pour les militant.e.s "blanc.he.s", est le quotidien des quartiers populaires depuis bien trop longtemps, techniques policières de contre-insurrection issues de la guerre d’Algérie intégrées aux politiques de maintient de l’ordre sur le territoire français (métropole et Dom-Tom).

 30/05/2018

Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes | National (...)

 « National Geographic a très peu fait pour faire en sorte que ses lecteurs dépassent les stéréotypes de la culture blanche occidentale. » « Pendant des (...)

 National Geographic
« le principe même de races est une hérésie scientifique »

« National Geographic a très peu fait pour faire en sorte que ses lecteurs dépassent les stéréotypes de la culture blanche occidentale. »

« Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes. Pour nous en détacher, il nous faut le reconnaître. »

 14/03/2018

Contrôles au faciès : il est urgent d’agir !

 Mediapart et Le Monde ont publié le 14 février des images vidéo prises par la camera-piéton d’une policière du 12ème arrondissement de Paris. Sur la vidéo, on (...)

 Plateforme « En finir avec les contrôles au faciès »

Mediapart et Le Monde ont publié le 14 février des images vidéo prises par la camera-piéton d’une policière du 12ème arrondissement de Paris. Sur la vidéo, on entend une agente ordonner à un groupe d’enfants sur la voie publique : « Contre le mur… Contrôle de police ! », et l’on voit ceux-ci se ranger face à un mur, bras et jambes écartés. En dépit de leur jeune âge, il est évident qu’ils connaissent déjà par cœur cette « position de contrôle », qui n’est bien sûr prévue par aucun texte.

 6/03/2018